Le jugement, parlons-en !

« Juger l’autre, c’est porter un jugement sur soi. » Norbet Chatillon

Il y a quelque temps, j’ai raconté mes découvertes suite à un exercice de développement personnel à une personne proche de moi. Et celle-ci m’a répondu : « Je n’aime pas trop le développement personnel, ça rend trop égocentrique ». Aïe.

Évidemment, j’ai d’abord été blessée par cette phrase, je me suis sentie jugée et je me suis remise en question : est-ce que je devenais une personne qui ne pense qu’à soi ?

Puis j’ai mis ce sentiment de côté pour essayer de comprendre pourquoi j’avais eu cette remarque. Cette personne est très proche de moi et n’a sûrement pas voulu me blesser, elle n’a peut-être même pas pris conscience que ses mots pouvaient être blessants. Je me suis alors demandé si, à travers cette phrase assez dure, elle ne parlait pas plus d’elle que de moi.

En me disant que faire du développement personnel rend égocentrique, elle justifie le fait qu’elle reste très réservée et préfère se mettre au second plan. Faire un travail de développement personnel est peut-être simplement quelque chose qu’elle ne s’autoriserait jamais à faire par peur de « trop » s’imposer.

Lorsque nous sommes durs et critiques envers les autres, c’est généralement que nous le sommes aussi envers nous-même.

Nous sommes agacés par les personnes qui font ce que nous ne nous autoriserions pas à faire. Nous les jugeons d’après notre morale en nous persuadant que c’est pour le bien : « S’il continue à trop parler, ça n’intéressera plus personne. », « Elle ne profite pas assez de sa jeunesse, c’est dommage. », « Il a un peu trop confiance en lui, il risque de tomber de haut »…

J’ai remarqué que dès qu’on employait les mots « trop » ou « pas assez » pour parler de quelqu’un, il y avait forcément un jugement caché derrière la phrase. Essayez de repérer quand vous le faites, vous verrez qu’on le fait bien plus souvent qu’on ne le pense !

Personnellement, c’est quelque chose que j’arrive maintenant à voir et que j’essaye de changer chez moi. J’essaye de ne pas juger mais simplement d’observer que d’autres personnes sont différentes de moi et ont une manière de penser qui leur est propre.

Et vous savez quoi ? Ça passe d’abord par soi (et c’est du développement personnel). Lorsqu’on se rend compte quand on est dur avec soi-même, on peut se poser la question de si c’est vraiment nécessaire, si ça nous rend heureux, puis finir par lâcher prise. Après ça, on se compare beaucoup moins et on s’intéresse bien plus aux autres. C’est du moins ce que j’ai ressenti.

Pour finir, je pense personnellement que le développement personnel n’a rien d’égocentrique. Aujourd’hui, prendre soin de soi est presque mal vu. Il ne faut pas parler de soi et être dévoué aux autres, mais pourtant la société n’a jamais été aussi individualiste. Plutôt que de vouloir donner bonne impression, ne serait-ce pas mieux d’être véritablement sincères et bienveillants dans nos actions envers les autres ?

Le développement personnel, c’est un travail de connaissance de soi pour pouvoir s’ouvrir aux autres. Car, pour moi, nous pouvons nous rendre bien plus disponibles pour les autres une fois que nous avons réglé nos blocages 😉

Qu’en pensez-vous ? 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s